HORS DU CADRE

Hors du cadre I et II
100 x 80 cm, 2019,
Acrylique et huile sur toile

Imaginez la toile comme une ouverture entre deux espaces. Métaphore de la peinture, la fenêtre est un cadre pour le réel, un objet de continuité, de transitivité entre dedans et dehors. Elle se propose comme une grille clôturant l'espace et le temps perçus. La coïncidence de ces concepts avec la peinture jalonne l'histoire de l'art. Fenêtre et tableau sont donc des espaces de d'échange. C'est le jeu de la peinture, de faire transiter figures, idée, matière, couleur. Mais il faut renouveler cette image ancienne du tableau comme fenêtre ouverte sur le monde. Il y a une centaine d'années, la révolution d'octobre amena les suprématistes à re-conceptualiser l'essence du tableau et sa relation à l'espace. Associé aux possibilités numériques du 21e siècle comment peut-on concevoir un dialogue neuf entre peinture et construction ? Dans leur conception de l’œuvre totale, les artistes de la modernité se sont intéressés au cinéma. Une de ses composantes importante est mise en lumière : le temps. Le rapport au plan par plan, au montage, propose une narration où une forme quelconque en flottaison transite d'une toile à une autre aspirant à une évolution de la perception.