Mon travail trouve son essence dans la volonté de forger une relation entre éléments architectoniques et recherche picturale. Je me souviens. Il y a sept ans, je partais à Berlin avec des amis. Tard le soir, nous prenions nos vélos pour explorer la capitale allemande. Je me rappelle particulièrement d'une nuit. Longeant le Mur, puis suivant la Spree, nous avons roulé traversant en nombre parcs et rues. Trouvant sur notre droite une arcade, nous l'avons traversée. Apparut au loin un bâtiment similaire à celui que nous venions de franchir. Sur ce chemin banal, nous avancions rapidement, secoués par le sol irrégulier. Seule la traversée de la seconde et frêle architecture nous invitait à avancer. Le vent sifflant dans la nuit s'engouffrait entre les deux rangées d'arbres hauts bordant notre route. Soudain l'obscurité fît place à un espace immense. Une vue spectaculaire s'offrit à nous. Ornée de gigantesques portes métalliques et de marches de géants, le parc de Treptower s'imposait à nos sens. Ce moment constitue la genèse de mon intérêt pour les formes architectoniques et leur implication dans une pratique de l'image.

© 2020 Maxime Delalande
Optimisé par Webnode
Créez votre site web gratuitement !